TÉLÉCHARGER SOLATOROBO RED THE HUNTER – NINTENDO DS

Bon, c’est pas tout ça, mais il faudrait un peu plus parler du jeu non? Et c’est OK, on aime bien l’argent. En naquit CyberConnect, un petit studio qui voulait faire de grands jeux qui ne veut pas de toute façon? Le seul défaut étant qu’elles ne durent généralement pas plus de 10 secondes et donc sont par forcément très utiles à mon avis. Accueil Jeux Nintendo DS.

Nom: solatorobo red the hunter – nintendo ds
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 24.34 MBytes

J’ai personnellement trouvé ce système vraiment sympathique, mais le seul problème est que les notes concernant l’univers sont un poil trop courtes et on a en gros 15 notes qui font même pas une page chacune. Cette proposition est refusée catégoriquement par Namco, qui sait que ça ne se vendra pas. En plus, certaines ne servent vraiment pas à grand chose, mais globalement, ça permet au moins de dynamiser les dialogues, étant donné que le reste des lignes sont délivrées avec des portraits statiques des personnages, et pendant ce temps, les personnages ne bougent pas en fond. Oui, vous avez bien lu: Il demande à Elh les Cristaux et le médaillon car lui et Merveille secrétaire de Bruno et scientifique du Kurvaz en ont besoin pour détruire le Lares. Solatorobo Red the Hunter Pénétrez dans un univers fantastique avec ce RPG survitaminé qui prend vie grâce à de somptueux graphismes signés des plus grands maîtres de l’animation.

Un nom étrange pour un jeu qui l’est tout autant. En effet, il est très difficile d’écrire un truc totalement partial sur ce jeu, car il s’agit d’un de ces titres qui divise: Il a ses qualités, il a ses défauts, et selon notre expérience de jeu, l’un ou l’autre sera grossi au point de totalement obscurcir notre jugement. De mon côté, c’est le positif qui l’a emporté.

Comme vous le savez probablement, avant sa sortie, il s’est avéré que ce titre était celui dont j’ai probablement le plus parlé sur le site! La raison était toute simple: Et ça a été le cas, lorsque l’on fait l’état des lieux deux mois après la sortie du titre: Un réassort a été fait à cause des ventes assez positives, mais ça s’arrêtera probablement là. Le côté positif avec mon spam d’infos sur le titre, c’est que ceux qui l’ont découvert ont été très satisfaits et m’ont même remercié à ma grande surprise aussi!

Bon, c’est pas tout ça, mais il faudrait un peu plus parler du jeu non? Nope, il me reste encore l’historique à faire, car il a une histoire assez intéressante, et qui en surprendra très probablement quelques uns parmi vous, car le titre a mis 10 ans à venir au monde!

Oui, vous avez bien lu: En naquit CyberConnect, un petit studio qui voulait faire de grands jeux qui ne veut pas de toute façon? En débarque au Japon leur premier jeu: Tail Concerto, un jeu de plate forme où l’on incarne un homme-chien policier qui doit sauver le monde à cause d’un gars qui s’est mis en tête de réveiller un dieu destructeur en acier Le jeu est très sympathique, et malgré un gameplay parfois approximatif à cause d’une caméra comme on ne savait pas bien les faire sur PlayStation, est assez bien accueilli du publicmais les ventes ne suivent pas forcément.

Le jeu a un univers assez Miyazaki-esque: EnCyberConnect décide de faire une suite à ce jeu, avec d’après les pitch présentés un jeu un peu plus sérieux que le premier pas trop dur à faire, le premier étant naïf à l’extrême. Cette proposition est refusée catégoriquement par Namco, qui sait que ça ne se vendra pas.

Tant pis, ils commencent la série des. Hack et deviennent CyberConnect 2 Co. Enforts de leur popularité grandissante, ils se disent « bon, c’est bon, on a enfin gagné en popularité et on fait rentrer de l’argent, on peut faire notre Tail Concerto 2 pour le fun? Et rebelotte ennouveau refus, et obligation de faire des jeux Naruto. Ca leur fera les pattes! Pas grave, Hiroshi Matsuyama, le patron de CyberConnect 2 Co adore la série, au point que chaque jeu Naruto fait par le studio fait partie des meilleurs.

Et même en étant pas un fan de la série, Ultimate Ninja Storm 2 est vraiment très bon! EnCyberConnect 2 Co décide de faire de l’univers de Tail Concerto un univers à part entière, le surnommant « Little Tail Bronx » et crée Mamoru-kun, une mascotte pour la préfecture de Fukuoka, censé prévenir la population des catastrophes naturelles et donner des conseils pour la vie de tous les jours.

Pendant ce temps, Matsuyama n’a toujours pas abandonné son idée de faire un jeu dans cet univers qu’il apprécie beaucoup et c’est ainsi que naît le projet Solatorobo, révélé au grand public pour la Nintendo DS en Et le jeu est sorti en ? Et vraiment révélé en ? Mais qu’est-ce qu’ils faisaient!?

  TÉLÉCHARGER CODE DOWNHILL PS2

En fait, ils s’amusaient à penser à tous les détails de l’univers du jeu, allant du sport national à la religion, en passant par la gastronomie et la politique du monde En gros, le monde est ultra développé, et on ne voit pas forcément les résultats de ce travail autrement que dans une petite encyclopédie que l’on débloque en accomplissant une certaine mission. Cette encyclopédie, c’est un peu comme les succès sur Xbox ou les trophées sur PlayStation 3: J’ai personnellement trouvé ce système vraiment sympathique, mais le seul problème est que les notes concernant l’univers sont un poil trop courtes et on a en gros 15 notes qui font même pas une page chacune.

Le reste se trouvant dans l’artbook fourni avec l’édition collector du jeu au Japon. Et on l’a bien profond, sachant que les prix sont excessifs. Donc, le jeu sort en Octobre au Japon, et quelques mois après, il s’avère que ce titre sortira aussi en Europe à ma grande surprise et sera publié par Nintendo, Namco Bandai Games sachant pertinemment qu’ils se débrouilleraient comme des tanches avec la communication et le jeu se serait vendu encore moins que le chiffre actuel.

Cette décision fût bonne, puisque Nintendo, même s’il n’a pas mis autant le paquet qu’avec Dragon Quest IX: Les sentinelles du firmament, a fait un travail admirable.

Le jeu ayant un très fort caractère anime fait que c’était tout trouvé. Matsuyama et Nobuteru Yûki, le character designer du jeu, étaient même présents. Enfin bref, après toute cette intro pas forcément utile, il serait peut être temps de parler du jeu en lui-même non? On incarne Red Savarin, un jeune chasseur qui se voit confier une mission spéciale: Rien de bien difficile, jusqu’à ce que le Kurvaz, la guilde des chasseurs, décide d’empêcher Red de parvenir à ses fins.

Il récupère le document, mais découvre une porte juste à côté qui garde probablement quelque chose de plus précieux qu’un simple relevé de comptes. Il s’agit d’un médaillon mystérieux qui s’active au contact de Red, et un monstre bizarre et immense, le Larès, attaque presque immédiatement après le vaisseau.

Bref, pas le temps de chipoter, il faut se tirer, mais sur le chemin du retour, Red tombe sur un mystérieux personnage inconscient, et décide de l’embarquer avec lui, puisque le vaisseau menace de s’écrouler Je n’en dirais pas plus sur l’histoire principale, autre que c’est la classique histoire de « je suis l’élu pour une raison à la con donc je vais sauver le monde. Pourquoi faut-il que ça tombe toujours sur hunger Pourquoi pas un jour un PNJ à la con!? Marre de faire le boulot Aussi, le jeu étant un action RPG sans méga grande envergure et dd anime, le scénario embarque une série de clichés assez lourds, mais pas forcément désagréables.

C’est comme dans certains mangas: Solatorobo se classe dans la catégorie One Piece du cliché: L’aventure principale est très rythmée, on ne s’ennuie que très rarement, voire pas du tout, puisque c’est nous qui décidons de la marche à suivre « vais-je sauver le monde de cette météorite qui menace de tomber dans 10 minutes, ou bien vais-je manger un sandwich et pêcher dans le lac du coin?

Le tout avec des sous-quêtes par dizaines qui trois cas sur quatre auront un mini scénario agréable et drôle, ou surprenant à suivre. Il y a même des enchaînements de quêtes possibles à faire qui forment un mini-scénario dans le scénario. En fait c’est un des gros points forts du jeu: Il y a même un solatroobo qu’on ne voit qu’une fois et qui m’a particulièrement ému par son histoire assez originale et un peu triste bon après, c’est parce que j’ai un peu trop tendance à m’émouvoir pour un rienc’est dire à quel point le sens du détail est entré dans la conception du jeu.

En fait, un truc que j’ai vraiment apprécié aussi, c’est l’univers du jeu. Encore une fois il y a des îles flottantes non pas la rex Et contrairement à tous les RPG existant, il n’y aura pas de monde aquatique ni de feu à proprement parler, c’est vraiment fou!

Solatorobo Red the Hunter | Nintendo DS | Jeux | Nintendo

De plus, tout le monde parle un français parlé par des Japonais dans les extraits sonoresce qui donne un résultat involontairement drôle, et les boutiques et lieux sont écrits en français même dans les versions anglaise et japonaise du jeu! Il y aura la petite bourgade, la grande ville, la métropole immense et labyrinthique, la forêt, le cimetière Chaque endroit ninendo une esthétique et des sensations différentes, le tout accompagné d’une musique vraiment entraînante et qui correspond bien.

Par exemple, la petite bourgade un air enjoué et le cimetière un air reposant, xolatorobo La musique du jeu est globalement très bonne, même si ça n’atteint pas les niveaux de mémorabilité d’un Lematsu ou d’un Mitsuda. En fait, les compositions de Chikayo Fukuda ont toutes des sonorités ultra similaires, peu importe le jeu sur lequel elle composera chez CyberConnect 2 Co. On peut même « composer » les morceaux du jeu, en trouvant les plantes musicales ou des orgues.

  TÉLÉCHARGER PASS REVELATOR FACEBOOK GRATUIT GRATUITEMENT

Un petit plus agréable, mais pas forcément nécessaire. Et en plus une partie de la bande-son a été réorchestrée et est offerte au Japon et aux Etats-unis, et pas chez nous Graphiquement, le jeu est vraiment beau. Il mélange habilement sprites 2D pour les PNJ et modèles 3D pour Red et ses ennemis, le tout dans des décors eux aussi mélangeant 2D et 3D pour coller au maximum aux artworks, ce qui donne un résultat assez intéressant, même si je pourrais reprocher aux modèles 3D d’être un peu trop cubiques.

Les cutscenes qui ponctuent les phases importantes sont elles aussi assez étranges dd pas moches à regarder, mélangeant encore 2D et 3D. Le seul défaut étant qu’elles ne durent généralement pas plus de 10 secondes et donc sont par forcément très utiles à mon avis.

Solatorobo Red the Hunter

En plus, certaines ne servent vraiment pas à grand chose, mais globalement, ça permet au moins de dynamiser les dialogues, étant donné que le reste des lignes sont délivrées avec des portraits statiques des personnages, et pendant ce temps, les personnages ne bougent pas en fond.

Néanmoins, cela ne veut pas dire que les dialogues sont inintéressants, puisque rien que les portraits retransmettent bien leur émotions et que le tout est vraiment très bien traduit. Il s’agit aussi d’une des surprises les plus agréables concernant le jeu. Les dialogues sont super bien écrits et font probablement partie des dialogues les plus naturels que j’ai lus depuis des mois. Là, c’est un peu le Kaamelott des jeux, ça sonne très naturel et c’est souvent sujet à nous faire sourire.

solatorobo red the hunter - nintendo ds

Bon, ça nintejdo l’empêche pas solatorobl de partir dans des envolées lyriques à la con, mais globalement, quand Red parle, on sent que ce personnage est proche de nous, puisqu’il parle un peu comme nous, ce qui nous permet aussi d’apprécier encore plus l’univers du jeu.

La traduction faite par l’équipe de Nintendo est juste fantastique, aussi bien en Français qu’en Anglais. J’ai d’ailleurs noté quelques différences de termes entre les deux traductions, mais bon, ça rend le truc bien plus facile à digérer.

Test – Solatorobo : Red The Hunter – Nintendomaine

Et je n’ai toujours pas parlé de gameplay! Et s’il y a bien un point sur lequel tout le monde se focalise, c’est bien le système de combat. C’est assez vrai mais pas totalement, car ceux qui se sont plaints de ça auront arrêté de jouer après 3 heures de jeu, alors que ce n’est malheureusement que dans la 2ème moitié du jeu que ça se diversifie vraiment.

Avec notre robot DAHAK, on peut trouver la faiblesse de l’ennemi et l’exploiter pour le chopper et le balancer. Une fois la jauge de choppe remplie, l’ennemi est éjecté dans les airs, et trois options s’offrent à nous pour les ennemis de base: Il existe aussi des ennemis qui tirent des projectiles, et faut donc attraper les projectiles et les balancer dans la tronche de l’ennemi, ça lui fera les pieds! On a aussi la possibilité de faire des dash pour esquiver l’ennemi et de faire des cancels si on trouve que la situation est un peu trop tendue Le système de combat est donc thr simple, mais ça ne l’empêche pas d’être fun, voire parfois jouissif dans certaines situations, et à aucun moment lors de ma première partie je ne me suis dit: Passé la deuxième moitié nintendk jeu, un évènement nous permettra de débloquer des coups spéciaux, mais je n’en dirai pas plus, pour ne pas spoiler Au départ, on aura un simple carré de 5×5 où l’on pourra mettre des blocs de formes diverses et variées qui augmenteront nos capacités nkntendo, défense, puissance, vitesse et résurrection.

Ainsi, on a un petit puzzle game où il faut essayer de mettre un maximum de formes avec un minimum d’espace alloué, qui peut augmenter selon le nombre de cristaux que l’on a récolté un peu partout dans le jeu. Cependant, et c’est un des gros défauts du jeu: Avec quelques blocs en plus, on passe en God Mode et on défoncera tout sur son passage sans crever une seule fois. De plus, notre vie augmentera avec les niveaux que l’on gagne en battant des ennemis, ce qui rend la tâche encore plus facile Mais th combat n’est pas la seule préoccupation, car il y a vraiment d’autres types d’activités sympathiques à faire.

solatorobo red the hunter - nintendo ds